20 ans déjà

La chute du Mur      

En 1989, la situation géopolitique change. Les Soviétiques annoncent leur retrait d’Afghanistan sans victoire. Au mois de juin Mikhaïl Gorbatchev en visite à Bonn promet au chancelier allemand Helmut Kohl d’ouvrir les frontières lors d’une promenade le long du fleuve Rhein. Plus tard, au printemps, la Hongrie ouvre son « rideau de fer ». En août, Tadeusz Mazowiecki, membre de Solidarnosc, devient Premier ministre de Pologne. Certains observateurs pensent qu’une contagion de liberté va gagner aussi les Allemands. A la fin de l’été, les Allemands de l’Est se mettent à quitter le pays par centaines, puis par milliers, sous prétexte de vacances en Hongrie, où les frontières sont ouvertes. En trois semaines, 25 000 citoyens de la RDA rejoignent la RFA via la Hongrie et l’Autriche. À Prague, à Varsovie, des dizaines de milliers d’Allemands de l’Est font le siège de l’ambassade de RFA. En RDA, la contestation enfle. Les églises protestantes, comme celle de Saint Nikolai à Leipzig, accueillent les prières pour la paix. Elles sont le germe des manifestations du lundi à partir de septembre. 20 000 manifestants défilent dans les rues de Leipzig le 2 octobre 1989. Mikhaïl Gorbatchev, venu à Berlin-Est célébrer le quarantième anniversaire de la naissance de la RDA, indique à ses dirigeants que le recours à la répression armée est à exclure. Malgré une tentative de reprise en main par des rénovateurs du Parti communiste, les manifestations continuent : un million de manifestants à Berlin-Est le 4 novembre, des centaines de milliers dans les autres grandes villes de la RDA.Cinq jours plus tard, une conférence de presse est tenue par Günter Schabowski, membre du bureau politique du SED, retransmise en direct par la télévision du centre de presse de Berlin-Est, à une heure de grande écoute. À 18h57, vers la fin de la conférence, Schabowski lit de manière plutôt détachée une décision du conseil des ministres sur une nouvelle règlementation des voyages, dont il s’avère plus tard qu’elle n’était pas encore définitivement approuvée, ou, selon d’autres sources, ne devait être communiquée à la presse qu’à partir de 4h le lendemain matin, le temps d’informer les organismes concernés : « Les voyages privés vers l’étranger peuvent être autorisés sans présentation de justificatifs — motif du voyage ou lien de famille. Les autorisations seront délivrées sans retard. Une circulaire en ce sens va être bientôt diffusée. Les départements de la police populaire responsables des visas et de l’enregistrement du domicile sont mandatés pour accorder sans délai des autorisations permanentes de voyage, sans que les conditions actuellement en vigueur n’aient à être remplies. Les voyages y compris à durée permanente peuvent se faire à tout poste frontière avec la RFA. »Question d’un journaliste : « Quand ceci entre-t-il en vigueur ? »

Schabowski, feuilletant ses notes : « Autant que je sache — immédiatement. »

 Grâce aux annonces des radios et télévisions de RFA et de Berlin-Ouest, intitulées : « Le Mur est ouvert ! », plusieurs milliers de Berlinois de l’Est se pressent aux points de passage et exigent de passer. À ce moment, ni les troupes frontalières, ni même les fonctionnaires du Ministère chargé de la Sécurité d’État responsables du contrôle des visas n’avaient été informés. Sans ordre concret ni consigne mais sous la pression de la foule, le point de passage de la Bornholmer Straße est ouvert peu après 23h, suivi d’autres points de passage tant à Berlin qu’à la frontière avec la RFA. Beaucoup assistent en direct à la télévision dès cette nuit du 9 novembre et se mettent en chemin. C’est ainsi que le Mur de Berlin tombe dans la nuit du jeudi 9 au vendredi 10 novembre 1989, après plus de 28 années d’existence. Cet événement a été appelé dans l’histoire de l’Allemagne die Wende (« le tournant »).Cependant le véritable rush a lieu le lendemain matin, beaucoup s’étant couchés trop tôt cette nuit-là pour assister à l’ouverture de la frontière. Ce jour-là, d’immenses colonnes de gens et de voitures se dirigeaient vers Berlin-Ouest. Les citoyens de la RDA sont accueillis à bras ouverts par la population de Berlin-Ouest. Un concert de klaxons résonne dans Berlin et des inconnus tombent dans les bras les uns des autres. Dans l’euphorie de cette nuit, de nombreux Ouest-Berlinois escaladent le Mur et se massent près de la porte de Brandebourg accessible à tous, alors qu’on ne pouvait l’atteindre auparavant. En apprenant la nouvelle de l’ouverture du Mur, le Bundestag interrompt son emploi du temps à Bonn et les députés entonnent spontanément l’hymne national. Le 9 novembre 1989, les Berlinois entament la destruction du Mur par tous les moyens (pioche, marteau, etc). Présent à Berlin, le violoncelliste virtuose Mstislav Rostropovitch, qui avait dû s’exiler à l’Ouest pour ses prises de position en URSS, vient encourager les démolisseurs (appelés en allemand Mauerspechte, en français « piverts du mur ») en jouant du violoncelle au pied du Mur. La photographie de cet événement deviendra célèbre.Le 9 novembre a été évoqué pour devenir la fête nationale de l’Allemagne, d’autant qu’elle célèbre également la proclamation de la république de Weimar en 1918. Toutefois, c’est aussi la date anniversaire du putsch d’Adolf Hitler (9 novembre 1923), ainsi que celle de la Nuit de cristal, le pogrom anti-juif commis par les nazis le 9 novembre 1938. Le 3 octobre (jour de la réunification des 2 Allemagnes) lui a donc été préféré. 

Organisation de l’espace urbain berlinois après la chute du Mur

La chute du Mur a changé considérablement le trafic de l’agglomération. On circule sans problème d’est en ouest sur des réseaux métropolitain, ferroviaire et de bus totalement modernisés au cours des années 1990. La bande frontière se reconnaît encore bien aujourd’hui par les grands espaces vides, comme sur des parties de la Bernauer Straße ou le long de la Vieille Jakobstraße. La large trouée entre les deux ex-Murs s’appelle actuellement la « piste des Murs ». Dans ce centre ville précédemment densément construit, cette piste a pour sa plus grande partie été convertie en espaces d’utilité publique. Il comporte également des parcs et des lieux commémoratifs du Mur. C’est aussi dans l’ancien no man’s land que la nouvelle gare centrale a été inaugurée le vendredi 26 mai 2006. La Potsdamer Platz, cœur du Berlin chic et bourgeois d’avant guerre et devenue un vaste terrain en friche, au cœur du no man’s land, symbolise le désir de retrouver l’unité de la ville. Sa reconstruction est en passe d’être achevée. Les immeubles construits par Renzo Piano, Richard Rogers et Helmut Jahn frappent par leur élégance et offrent un remarquable échantillonnage d’architecture contemporaine. La semaine, les salariés des bureaux et les ouvriers des chantiers y côtoient les touristes. Le week-end, la Potsdamer Platz est déjà l’un des lieux les plus fréquentés de Berlin.Pourtant, le Mur, c’est-à-dire le clivage entre Berlin-Ouest et Berlin-Est, est toujours là. À l’Ouest, les autorités ont tenu à préserver des marques du passé nazi de la ville comme la ruine de l’église commémorative de l’empereur Guillaume (Kaiser Wilhelm), surnommée « dent creuse » par les Berlinois. Le Reichstag, incendié en 1933 et devenu une ruine en 1945, n’a pas été reconstruit entièrement à l’identique. La coupole en verre conçue par Norman Foster symbolise la démocratie allemande qui se veut résolument transparente. À l’Est, la RDA n’a laissé subsister aucun trait du nazisme. Aujourd’hui, ce passé est rappelé dans le quartier juif où la synagogue a été reconstruite.Sur le plan architectural, les deux parties de la ville sont également très différentes. Berlin-Ouest comporte de vastes espaces de campagne car son enclavement passé dans la RDA a été un puissant frein à son expansion démographique et économique. En revanche, la RDA, dont Berlin était la capitale, a voulu faire de la ville une vitrine du socialisme avec l’Alexanderplatz et par la construction de banlieues « grandiosement répétitives ». La statuaire socialiste est toujours présente de ci, de là à Berlin-Est avec Marx, Lénine, la faucille et le marteau. Le palais de la république des années 1950, construit à la place de l’ancien palais impérial détruit en 1950 sur l’ordre de Walter Ulbricht, rappelle aussi le temps du régime communiste. Il est toutefois à son tour en voie de destruction.La partition de la ville avait fait perdre à Berlin sa place de grande métropole industrielle. Depuis la chute du Mur, le développement économique de Berlin reste modeste et inférieur aux espoirs. L’île des musées, anciennement à Berlin-Est, est devenue un haut lieu touristique mais les commerces ne se sont pas développés autour. Il n’y a même pas de kiosques à journaux. En revanche, un marché périodique vous propose essentiellement tous les restes de la période socialiste (insignes militaires, sculptures miniatures de Lénine). Le Mur de Berlin laisse donc dans l’histoire architecturale, économique, comportementale, démographique des traces certaines malgré les milliards d’euros dépensés pour relever Berlin depuis 1989 et bien que la ville exerce de nouveau la fonction de capitale de l’Allemagne.

Publicités

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s